Tags

, ,

Français

Genève… Son lac, son jet d’eau… Siège de nombreux ONG, NGO et groupes internationaux, on s’attend  à une ville cosmopolite et on se retrouve dans un village habité par une famille dont tous les membres aux physiques pourtant différents se détestent et mettent un point d’honneur à faire strictement la même chose: se distinguer dans le pareil, grégaires jusqu’à l’écoeurement. L’uniforme s’est imposé, pour les uns: banquier/ courtier fin de journée, la cravate entre l’iPad et un cahier est fourré dans une sacoche cachée derrières les sièges de l’Audi, deux boutons ouverts d’une chemise unie, costume et chaussures sombres et pour les autres du noir décliné en robe pas trop courte, pas trop décolleté, en une paire de Louboutin, la plus ennuyeuse de la collection à talon intermédiaire, et surtout pas d’excès dans un maquillage qui fait pas maquillé.

La vie nocturne sympa s’est arrêtée en 1533 à l’arrivée de Calvin, elle est évidemment encadrée par la loi et l’ordre et le voisinage fait preuve d’un certain zèle collaborateur pour faire respecter un calme absolu après 19:00, es mouches ne volent même plus et s’alignent sans qu’une aile dépasse, les gens sont ramenés chez eux par la Police. Alors lorsqu’un exploitant a la bravoure d’ouvrir un nouveau truc, il vaut mieux qu’il fasse profil très très bas genre en dessous du lac, sous les remous du jet d’eau même, les seuls tolérés, bien que le canton ait nommé une commission étudiant une fontaine sans éclaboussure ni bruit. Ils ont conclu qu’elle serait  mieux sans eau, ils songent donc à non-alimenter le jet accusé pour tapage nocturne… Passez donc votre chemin en allant directement à Lausanne ou Zurich, si vous souhaitez faire du bruit sans avoir à porter pour une fortune, même la capitale fédérale est plus riante.

Alors la vie nocturne genevoise continue son ron-ron au rythme des fermetures et ouvertures d’établissements en démultipliant un unique concept. Des gens entretiennent l’espoir, font preuve de courage ou veulent simplement impressionner leurs maitresses en relançant des établissements comme le restaurant/lounge “La Plancha”. Ils ont eu la gentillesse de nous inscrire sur la guest list de l’inauguration “ambiancée” par notre ami l’excellent DJ Marco Mariotti (http://www.facebook.com/dj.mark.o.mariotti). Lui il est bon et ne méritait pas une telle punition.

La décoration est grise, la lumière aveuglante et on s’assoit sur des bancs comme à la cantine du Kremlin-Bicêtre, encore un détail prouvant que cette ville n’aime pas la féminité, imaginez une brune incendiaire aux longues jambes à la peau satinée découvertes grâce à une mini-jupe et avec des Louboutin plate-formées à la bonne hauteur enjamber comme à la fête de la bière l’assise, classe, pratique mais visuel pour les étrangers seuls sexués présents.

Le menu a été photocopié il y a sept ans après un vol à La Réserve de Genève, malheureusement aucun n’a pu égaler sa cuisine simple mais parfaitement exécutée, alors on retrouve le cheeseburger qui tient moins bien que celui du Burger King de l’Aéroport, un filet de boeuf non assaisonné, je ne sais plus quel poisson et évidemment le fondant au chocolat, et si on sait qu’il y a douze minutes d’attente écrit comme sur toutes les cartes du Canton, douze minutes c’est ce qu’il faut pour commander un autre cocktail alors de quoi tu te plains? Il faut libérer la table? J’ai trouvé également un Tiramisu révolutionnaire exécuté à l’arme blanche et en deux secondes par un feignant, la recette est la suivante:

  • Sortir de son sachet en plastique un brownie industriel,
  • L’écraser à la fourchette,
  • L’asperger de crème fouettée elle & vire,
  • C’est prêt!

Bienvenu dans l’univers standardisé de Genève, cette ville serait-elle fasciste? Ses habitants surement!

Español

Ginebra es una ciudad que aunque famosa internacionalmente no se deja de ser un pueblo grande. La vida social es bastante limitada dado que el orden y el cumplimiento de muchas reglas hacen de la movida nocturna un acto de valentía para los propietarios, y los que logran sobrevivir lo hacen manteniendo un perfil discreto por lo que si vienen por estos lados buscando divertirse mejor  pasar directo a Laussane o Zurich…

Sin embargo hay gente que no pierde la esperanza y se lanzan a tratar de recuperar ciertos espacios emblemáticos de la ciudad…tal es el caso de ‘La Plancha’ quienes nos invitaron cordialmente a la inauguración de su local el pasado mes de Octubre con la excelente ambientación de nuestro amigo el Dj Marco Mariotti (http://www.facebook.com/dj.mark.o.mariotti)…

la Decoración es un poco fria con nada fuera de lo común, la cristalería y vajilla de Ikea y los asientos en forma de bancos algo medio incomodo cuando se anda en minifalda y zapatos altos!

El menú tampoco fue nada impresionante lo mismo de siempre cheese burguer, filete de carne, pescado menier y en la lista de postre no podia faltar el fondant de chocolate y el tiramisu que aunque revisitado (brownies con crema chantilli) no me convencieron…

Es una lastima que en Ginebra la gente no se aventure a salir de lo conocido y tomar riesgos ofreciendo propuestas innovadoras, pero al menos le damos el credito de mantener el restaurante abierto ya que cada vez hay menos en la ciudad…

By @nmgeneva

Un Tiramisu de mentira... un faux tiramisu

The Dj saved the night!